Kepler Chevreux Invest

Communiqué IFE Mezzanine – Investissement Eratome Groupe 09/07/2013

L’expert en rénovation de logements sociaux, générant 32 M€ de revenus, passe sous le contrôle d’Omnes Capital et du co-investisseur FSI Régions. L’opération valorisée 15 M€ permet la sortie des 20 % détenus par CM-CIC Capital Privé depuis 2008.

L’entreprise francilienne de second œuvre du bâtiment Eratome a opté pour un MBO. Et ce cinq ans après un OBO réalisé avec CM-CIC Capital Privé, qui cède à cette occasion sa participation de 20 %. L’experte en rénovation des logements sociaux repart avec le majoritaire Omnes Capital, qui mise 15 M€ dans la reprise, et le minoritaire FSI Régions. Jusqu’alors détenteurs du solde 80 %, le président-fondateur, Jean-Michel Nucera, et deux cadres reviennent à hauteur d’environ 40 % au capital. « La cession a fait l’objet d’un open bid ouvert aux industriels et aux fonds, lesquels ont rapidement gagné la préférence des managers. Dans un contexte de raréfaction des dossiers, surtout pour des actifs de qualité comme celui-ci, le processus a été très disputé », rapporte Laurent Lefebvre, directeur adjoint de CM-CIC Corporate Advisory, le conseil des cédants. 

D’un montant confidentiel, l’opération a été financée par une dette senior arrangée par le CIC et Banque Palatine et par un prêt subordonné d’IFE Mezzanine.

Fondé en 1991 et basé à Bezons, dans le Val-d’Oise, Eratome intervient sur le marché francilien des travaux d’entretiens courants, de rénovation et de réhabilitation de logements sociaux. Soutenu par une forte croissance interne et quelques petites acquisitions ciblés, son chiffre d’affaire a doublé depuis 2008, et devrait atteindre 35 M€ cette année, hors nouvelle acquisition, contre 32 M€ en 2012. « En Ile-de-France, où l’on dénombre quelque 1,2 millions de logements sociaux, Eratome figure comme leader avec 10 % de parts de marché », précise Benjamin Arm, directeur d’investissements chez Omnes Capital. Dotée d’une centaine de salariés, l’entreprise compte sur son nouvel actionnariat pour renforcer encore ses positions. « Dans un secteur d’activité très éclaté, elle a identifié environ 35 build up potentiels », indique Benjamin Arm.

Retour